LA PIERRE DU SACRIFICE
 
Au sommet du Mané-Guen d’où l’on aperçoit le bourg de Guénin, de nombreux rochers sont épars. Le plus beau de tous se trouve en surplomb du côté de la descente. Sa face supérieure est creusée d’une double excavation où pourraient se loger, assez exactement, une tête et un corps humain.
 
Bien qu’on ait invoqué, comme pour les mégalithes de ce genre, le seul travail de l’érosion, l’hypothèse de l’autel druidique, aménagé pour des meurtres rituels, est ici très vraisemblable.
La légende nous dit qu'à une époque lointaine, les vieillards et incurables lassés de la vie se rendaient sur le sommet du Mané-Guen, afin que l’un des druides qui y faisaient leur séjour les en débarrassât en les frappant de la massue sacrée (Meil Beniget).
Ce procédé quelque peu étonnant était encore utilisé en Bretagne, au début du 19ème siècle dans la région de Carnac et de Pontivy : la mort était donné à l'aide d'une pierre polie appelée er mel bénigued, le "marteau bénit". Il s'agissait souvent d'une hache néolithique ou d'une boule de balustre (voir Carnac).

Pierre du sacrifice 1.jpg

Puit Manéguen 2.jpg

LE PUIT DU MANÉGUEN

Le puits près de la chapelle Notre Dame du Manéguen, date de 1715 : profondeur 60 pieds, soit 18 mètres.

Fontaine du maneguen.jpg

LA FONTAINE DU MANÉGUEN

La fontaine date de 1610, située près du lieu-dit Keropert fut classée par les Monuments Historiques à l’inventaire du 16 décembre 1963.

Croix de Keraufret.jpg

LA CROIX DE KERAUFRET

 
Au lieu-dit de Kérauffret, sur le bord de la route menant à Baud une croix du XIIIème siècle inscrite aux Monuments Historiques, présente d'étonnants dessins géométriques

Croix de Kerlannec.jpg

LA CROIX DE KERLANNEC

Borne milliaire romaine _croix gaulloise_ 1.jpg

BORNE MILLIAIRE ROMAINE

(croix gauloise)